Collection Alfred Kühn – Amiral Hans MICHAHELLES

L’amiral Hans MICHAHELLES

Ci-contre : l’amiral Michahelles, commandant en chef de la forteresse de Royan, au repos après sa capture. Le 17 avril 1945, il était retranché avec son état-major dans un blockaus souterrain de Pontaillac. La 9ème compagnie du 4ème Zouaves ainsi que trois chars B1-Bis du 13ème Dragons ayant cerné l’endroit, l’amiral Michahelles se constitua prisonnier à 12h40 accompagné de 12 officiers et de 97 sous-officiers et hommes de troupes. Ensuite, il sera conduit au village de Maine-Arnaud où se tient le P.C. du général d’Anselme, adjoint du général de Larminat.

http://www.pays-royannais-patrimoine.com/themes/histoire-histoires/liberation-de-la-poche-de-royan/hans-michahelles-le-chef-des-troupes-allemandes/

Hans Michahelles (Gouverneur militaire de la forteresse de Gironde du Nord : ROYAN) est capturé par les Alliés le 17 avril 1945

Je me trouve devant un blockhaus protégeant une pièce d’artillerie qui nous tire sans cesse dessus. Un coup de 75 la détruit. Puis notre progression se poursuit à travers les jardins et les villas. L’une d’entre elles semblait être la résidence d’un Etat-Major. Nous la détruisons. Non loin de là se trouve un formidable blockhaus. C’est, nous dit-on, le P.C. de l’Amiral Michahelles, commandant la Poche de Royan.
Nous tirons sur cet ouvrage qui ne semble d’ailleurs pas défendu de façon sérieuse. On a l’impression que les allemands attendaient l’attaque côté mer, car tous les canons étaient tournés dans cette direction et seules les armes les plus légères étaient hâtivement braquées vers la terre. Mais notre canonnade déclenche une réaction inattendue. L’officier allemand sort peureusement avec une perche d’au moins deux mètres au bout de laquelle il brandit un immense morceau de drap blanc. C’est le signe de la reddition. Je m’approche. L’homme parle très mal le français. Il a dû l’apprendre dans le dictionnaire quelques instants plus tôt. Ses paroles me sont restées gravées dans la mémoire : “Monsieur plus chasser, plus tirer”. Et il tremblait comme une feuille morte en répétant sans cesse cette litanie.
Nous lui avons demandé combien il y avait d’hommes dans le fortin. Il a répondu évasivement. En réalité, ils étaient environ 70 sous-officiers et officiers surtout. Nous les avons parqués sur un cours de tennis voisin. Mais l’amiral manquait.
C’est alors que j’ai pénétré dans le blockhaus. J’ai trouvé le commandant en chef des forces allemandes à son bureau, seul. Il était effondré. Je lui ai dit : “Vous êtes prisonnier”. Il a répondu : “Oui bien sûr ! Mais je veux me rendre à un officier et pas à vous soldat”.
J’ai dû faire appel à mon capitaine, le capitaine Voillaume, et c’est à lui que l’Amiral Michahelles, en ma présence, s’est rendu finalement.
Quelques instants plus tard, je partais nettoyer les ouvrages voisins. Un des blockhaus avait été transformé en hôpital, mais la résistance, en dépit des redditions, demeurait vive.
Souvenir de guerre du brigadier Roger Gallais


Admiral Hans MICHAHELLES

Opposite: Admiral Michahelles, commander-in-chief of the Royan fortress, resting after his capture. On 17 April 1945, he was entrenched with his staff in an underground blockhouse at Pontaillac. The 9th Company of the 4th Zouaves and three B1-Bis tanks of the 13th Dragons having surrounded the place, Admiral Michahelles constituted himself a prisoner at 12.40 am accompanied by 12 officers and 97 non-commissioned officers and men. He was then taken to the village of Maine-Arnaud, where General d’Anselme, deputy to General de Larminat, was the P.C. of General d’Anselme.

Hans Michahelles (Military Governor of the fortress of Gironde du Nord: ROYAN) is captured by the Allies on 17 April 1945.

I am in front of a blockhouse protecting a piece of artillery that keeps firing at us. A shot of 75mm destroys it. Then our progression continues through the gardens and the villas. One of them seemed to be the residence of a General Staff. We destroy it. Not far from there is a formidable blockhouse. It is, we are told, the headquarters of Admiral Michahelles, commander of the Poche de Royan.
We fire on this work which, moreover, does not seem to be seriously defended. We have the impression that the Germans were waiting for the attack on the sea side, because all the guns were facing in that direction and only the lightest weapons were hastily pointed towards the land. But our cannonade triggered an unexpected reaction. The German officer comes out with a pole at least two metres long, at the end of which he holds up a huge piece of white cloth. This is the sign of surrender. I get closer. The man speaks French very badly. He must have learned it from the dictionary a few moments earlier. His words have remained engraved in my memory: “Monsieur plus chasser, plus tirer”. And he trembled like a dead leaf as he repeated this litany over and over again.
We asked him how many men were in the fort. He replied evasively. In reality there were about 70 NCOs and officers in particular. We parked them on a nearby tennis court. But the admiral was missing.
That’s when I entered the blockhouse. I found the Commander-in-Chief of the German forces in his office, alone. He was collapsed. I told him: “You are a prisoner”. He replied, “Yes of course! But I want to surrender to an officer and not to you soldier”.
I had to appeal to my captain, Captain Voillaume, and it was to him that Admiral Michahelles, in my presence, finally surrendered.
A few moments later, I left to clean the neighbouring works. One of the blockhouses had been transformed into a hospital, but the resistance, in spite of the surrenders, remained strong.
War memento of Brigadier Roger Gallais


Admiral Hans MICHAHELLES

Gegenüber: Admiral Michahelles, Oberbefehlshaber der Festung Royan, nach seiner Gefangennahme zur Ruhe. Am 17. April 1945 war er mit seinem Stab verschanzt in einem unterirdischen Bunker in Pontaillac. Nachdem die 9. Kompanie der 4. Zouaves und drei B1-Bis-Panzer der 13. Dragoner den Ort umstellt hatten, machte sich Admiral Michahelles um 12.40 Uhr in Begleitung von 12 Offizieren und 97 Unteroffizieren und Männern der Truppe selbst zum Gefangenen. Dann wurde er in das Dorf Maine-Arnaud gebracht, wo sich der Gefechtsstand von General Michahelles befand, d’Anselme, Stellvertreter von General de Larminat

1973 – Erstes Treffen der T24-Matrosen

Im Jahr 1973 gab es die erste Initiative zur Begegnung mit den ehemaligen Matrosen der T24. Josef Küpper, Hans Offizier und Alfred Kühn nehmen an diesem Treffen teil.

 

Josef Küpper

 

Hans Offizier

 

Alfred Kühn

 

 

Pour nous contacter… To contact us… Um uns zu kontaktieren…

1973 – First initiative for meetings of T24 sailors

The year 1973 sees the first initiative to meet former T24 sailors. Josef Küpper, Hans Offizier and Alfred Kühn attend this meeting.

 

Josef Küpper

 

Hans Offizier

 

Alfred Kühn

 

 

Pour nous contacter… To contact us… Um uns zu kontaktieren…

1973 – Première initiative de rencontres des marins du T24

L’année 1973 voit la première initiative de rencontres des anciens marins du T24. Josef Küpper, Hans Offizier et Alfred Kühn assistent à cette rencontre.

 

Josef Küpper

 

Hans Offizier

 

Alfred Kühn

 

 

Pour nous contacter… To contact us… Um uns zu kontaktieren…

Collection Alfred Kühn – Rudolf Decker

Photo N° 3 Les 20 ans 17 05 1943 - Copie

À mon cher camarade du RAD en souvenir de nos services et de l’année de guerre 1942/43

Rudolf Decker dans l’Est,

Noël 1942 [RAD = Service du travail du Reich]. (traduction Volker Christoffel)


To my dear RAD comrade in remembrance of our services and the war year 1942/43

Rudolf Decker

from the East, Christmas 1942 [RAD = Reich Labour Service]. (traduction Pierre Lagacé)


Meinem lieben RAD-Kameraden zur Erinnerung an unsere Dienste und das Kriegsjahr 1942/43

Rudolf Decker

im Osten, Weihnachten 1942 (RAD = Reichs-Arbeits-Dienst) (transcription by Volker Christoffel)


Note de Manfred Kühn au sujet de ARD, écrit sur la photo. Ce serait la transcription de RAD en allemand, (Reichsarbeitsdienst).

Selon Wikipedia

Reichsarbeitsdienst

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Reichsarbeitsdienst


Note by Manfred Kühn about ARD, written on the photo. This would be the transcription of ARD in German, (Reichsarbeitsdienst).

According to Wikipedia

Reichsarbeitsdienst

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Reich_Labour_Service


Notiz von Manfred Kühn über die ARD, auf dem Foto geschrieben. Dies wäre die Transkription der ARD in deutscher Sprache, (Reichsarbeitsdienst).

Laut Wikipedia

Reichsarbeitsdienst

https://de.m.wikipedia.org/wiki/Reichsarbeitsdienst

 


Pour nous contacter… To contact us… Um uns zu kontaktieren…

From the personal collection of Alfred Kühn

Updated 12 September 2020

Willi commented on this photo*.

wp-1598987826007.jpg

The smoking destroyer on the picture is definitly NOT the Z24!

According to my sources it is it the burning and sinking Z26, after a battle with the British cruiser Trinidad on 29th of March 1942. It is taken for example from the book Verdammte See by Cajus Bekker, also in the book Zerstörer unter deutscher Flagge by Wolfgang Harnack (I met him personally in Wilhelmshaven two years ago to hand over the T24 documents).

If you want to have absolutely truth on our blog, you should correct the designation text of this photograph.

Willi


Original post

These photos are part of Alfred Kühn’s collection.

Here we see the end of the destroyer Z24* on August 24, 1944.

Z26*

Here Alfred Kühn is seen in the middle with two friends. The photo was probably taken in Norway.

Here is his friend Hans Offizier who was an Obergefreiter.

He survived and was member of the 2nd company of the Bataillon Narvik  at AF Gironde Süd.  (POW – list of April 20, 1945)

We will talk about him later. He was a sailor on the destroyer Z24.

Alfred Kühn

Alfred Kühn is on the left. The other sailor is unknown.


This is Joseph Küpper. He was an Obergefreiter  (engineering troops). He is not found in the list of the POWs of Depot 184

Never seen before photo of the Z24.

Again this is Joseph Küpper.

Torpedoboot T24 probably taken from the Z24. This photo would have been taken at Brest.

De la collection personnelle d’Alfred Kühn

Mise à jour 12 septembre 2020

Z26*

Le destroyer sur la photo n’est certainement PAS le Z24 !

Selon mes sources, il s’agit du Z26 qui a brûlé et coulé, après une bataille avec le croiseur britannique Trinidad le 29 mars 1942. La photo est tirée par exemple du livre Verdammte See de Cajus Bekker, également dans le livre Zerstörer unter deutscher Flagge de Wolfgang Harnack (je l’ai rencontré personnellement à Wilhelmshaven il y a deux ans pour lui remettre les documents du T24).

Si vous voulez avoir la vérité absolue sur notre blog, vous devez corriger le texte de désignation de cette photographie.

Willi


Article original

Voici de nouvelles photos de la collection d’Alfred Kühn. Elles sont partagées par son fils Manfred.
Voici une photo de la fin du Z24* le 24 août 1944.
Ici, Alfred Kühn est au centre avec deux copains. La photo est probablement prise en Norvège.

 

Voici Hanz Offizier, un marin du destroyer Z24. Il était un ami d’Alfred.
Ici, nous voyons Alfred Kühn.
Alfred est à gauche, un marin inconnu est à droite.
Joseph Küpper était un marin. Je n’ai pas d’autres informations.
Un rare photo du destroyer Z24.

Une autre photo de Joseph Küpper

Le torpedoboot T24 vu probablement du Z24.

Resume of 40th Anniversary Commemorative Escorted Tour to England and France  

These PDFs files are part of Alfred Kühn’s collection of memorabilia. His son Manfred has been sharing most of all he has about his father who was a sailor aboard the T24.

Association Athabaskan 23 April to 8 May 1984 Page 1

Association Athabaskan 23 April to 8 May 1984 Page 2

Association Athabaskan 23 April to 8 May 1984 Page 3

Association Athabaskan 23 April to 8 May 1984 Page 4

Association Athabaskan 23 April to 8 May 1984 Page 5

 

Les souvenirs de guerre d’Alfred Kühn

Voici un des souvenirs de guerre d’Alfred Kühn, marin sur le T24.

Photo d'une toile Athabaskan

C’est la photo d’une toile.

La photo lui a été offerte par Émile Beaudoin probablement lors d’une des cérémonies commémoratives à Plouescat.

Journée commémorative franco-canadienne

Marin Kühn Alfred

Alfred Kühn

Extrait de l’histoire d’Alfred Kühn écrite par son fils Manfred

Dans la nuit du 28 au 29 Avril 1944, à 2h 58 est détecté sur les écrans radars deux torpedoboote (torpilleurs) allemands étant identifiée comme les T24 et T27. Ironie du sort, ces deux navires allemands ne sont autres que les T24 et T27 qui, trois nuits auparavant, se sont fait sérieusement étriller par les alliés dont le Haida au large des Sept-Îles. Au cours de cet engagement, la Kriegsmarine a même perdu son T29 tandis que les T24 et T27 se réfugiaient à Saint-Malo, assez sérieusement endommagés. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont repris la mer cette nuit du 28 au 29 avril et font route sur Brest, le seul port rapproché où ils trouveront la possibilité de réparer leurs avaries.

T24 torpedoboat 1

T24

Devant Brignogan et Plouescat les destroyers canadiens Haïda et Athabaskan engagent le combat contre les deux destroyers allemands.

hmcs_athabaskan_g07

HMCS Athabaskan

Soudain l’Athabaskan est touché, ravagé par le feu et les explosions, il coula en 10 minutes devant l’Aberwrac’h.

Haida

Image tirée du livre Unlucky Lady

Le Haïda recueille quelques survivants, d’autres seront faits prisonniers, d’autres encore s’échappent vers l’Angleterre à travers la zone minée. Quelques jours après la mer rejette des dizaines de cadavres de ces marins dont celui du commandant John Stubbs.

Lieutenant-Commander-John-Stubbs

Ils seront ainsi 59 à être recueillis et inhumés au cimetière de Plouescat.

cimetière

48 survivants ont été repêchés et sauvés par le T24, le bateau de mon père.

Quand il a reçu le message faisant état « d’hommes noirs » à la mer à l’endroit où Athabaskan a coulé, le Kapitänleutnant Wilhelm Meentzen a fait augmenter l’allure.

Capitaine T 24 Wilhen Meentzen

« Peu importe leur couleur, dit-il, ce sont des êtres humains et nous allons les sauver. »

Et lorsqu’il arrive sur les lieux, il découvre bien vite que ces « hommes noirs » ne sont en fait que des hommes englués de mazout. Le prompt retour des Allemands sur la zone du torpillage va permettre de sauver nombre de naufragés qui auraient péri dans l’heure suivante. Ils vont être faits prisonniers, c’est un fait, mais ils auront tous la vie sauve.

« Wilkommen Kameraden ! » « Bienvenue camarade »

C’est en ces termes que les Canadiens sont accueillis à bord des navires allemands. Entre marins, il existe toujours une solidarité qui se moque bien des pavillons. Et eux aussi, tout comme ceux du Haida, ils vont descendre le long des filets qui pendent à leurs coques afin d’aider les plus faibles. Pareille attitude porte un nom quand on fait la guerre ; cela s’appelle tout simplement chevalerie.

Suite du récit raconté par Alfred à son fils:

La flottille du T24 et T27 lors du passage de Saint-Malo à Brest entre minuit et 4 heures du matin, il y avait plusieurs bateaux américains, anglais et canadiens dans les parages et au début du combat nous ne savions pas quels navires approchaient pour nous attaquer. L’artillerie et les torpilles furent employées ; les torpilles lancées par le T27 passèrent près de nous et nous vîmes par la ligne de phosphore dans l’eau le mouvement des torpilles.

Le T27 qui était à côté de nous était touché et il brûlait sur le côté droit. Il est passé de nouveau à côté de nous.

Notre navire se tourna vers la mer…. vers 4 heures 15 nous vîmes une explosion, mais nous ne savions pas quel bateau avait été touché ; ça pouvait être un des nôtres ou un des leurs. Vers 5 heures trente, nous retournons sur les lieux du combat, il est 6 ou 7 h, nous vîmes des hommes en mer. Le Capitaine Lieutenant Wilhem Meentzen donna l’ordre de faire le sauvetage. Nous préparons donc le bateau pour le sauvetage, ce qui était difficile, car à ce moment-là nous étions seuls sur la mer, l’autre bateau, le T27 s’était échoué sur la côte. Lorsque nous nous approchons des naufragés, nous constatons qu’ils étaient noirs. Au début, nous crûmes qu’il s’agissait de personnage africains, mais nous réalisons que c’étaient des blancs recouverts de mazout. Nous leur avons d’abord nettoyé le visage, les mains et leur avons enlevé leurs vêtements. Nous leur avons aussi fait cracher le mazout qu’ils avaient avalé. Nous en avons rescapé 48, je suis sûr, qu’il y en avait un qui était malade, et un autre, un jeune est mort sur notre bateau.

Dans le cahier journalier du Lieutenant commandant Dunn Lantier du Destroyer Canadien Athabaskan rescapé et sauvé par le T24 est rapporté ce qui suit :

29 Avril 1944 :

Aux environs de 7 heures 15 je suis recueilli à bord d’un destroyer et emmitouflé dans une couverture. Nous sommes 48 rescapés. Nous nous frottons tous car nos habits étaient trempés. Les blessés graves étaient également emmitouflés dans des couvertures. Du café allemand, des cigarettes étaient distribuées, ces provisions étaient suffisant pour cette première heure. Dans la première demi-heure un des blessés décède, il nous est emmené sur une couverture. Les allemands soignent nos blessés du mieux qu’ils le peuvent, la plupart étaient brûlés, il n’y avait pas grand-chose à faire, ils résistaient à la douleur. Il faut souligner que nous étions tous sous le choc de la catastrophe puisque nous avions passé plus de deux heures dans l’eau glacé de la mer. Vers 11 h le capitaine du bateau nous apporta une bouteille d’alcool « weinbrand » pour les grands blessés, je leur ai donnés un grand coup à boire, et nous autre un petit pour goûter. Devant trois officiers Steve (Dick Stevenson) qui est gravement brûlé et a eu un grand coup à la tête. Nobby (Bill Clark) brûlé aux mains au 3ème degré et légèrement brûlure au visage. Moi également je suis blessé une coupure à un doigt, je réconfortais mes copains tout en sachant qu’il n’y avait pas grand-chose à faire. Aux environs de 12 h 30 on nous apporta de la soupe et du pain. Vers 14h 30 on nous dit d’ouvrir les hublots, nous vîmes un remorqueur se rapprocher, et ils nous font savoir que dans une heure nous débarquons à Brest.

Dans cet affrontement le T27 après avoir était touché à trois reprises, va s’échouer sur les récifs de l’île de Batz !

Le 29 avril 1944, le destroyer canadien Athabaskan était coulé par les Allemands au large de l’Île Vierge (Finistère). 128 des 261 marins périrent. 85 survivants, dont le canonnier de 21 ans, Herman Sulkers, brûlé au visage, furent capturés par la Kriegsmarine et conduits à l’Aber-Wrac’h, plus les 48 survivants recueillis par le T24.

Herman Sulkers

 

 

Matrosenbericht über den Zerstörer Z24

Manfred Kühn teilt sich 33 Seiten eines Dokuments, das die Geschichte eines Matrosen des Zerstörers Z24 darstellt.

Manfred Kühn partage 33 pages d’un document qui est le récit d’un marin du destroyer Z24.

Manfred Kühn shares 33 pages of a document which is the story of a sailor from the destroyer Z24.

P 1 Récit d’un marin Z 24

Text-Version

Z23         Kommandant: Korv. Kptl. Wittig

Z24         Kommandant: Korv. Kptl. Birnbacher

Z27         Führerzerstörer; Flott.Chef: Kapt.z.S. Erdmenger

Z32         Kommand.: Freiherr Edler von BERGER

Z37        ?

ZH1        (ein holländischer Beute-Zerstörer (etwas kleiner)

am 11.10.42 auf der “Schiedamschen Droogdock Mij. ”

indienstgestellt)

Kommandant: Korv.Kpt. Klaus Barckow

Aufgabe : Geleitdienst für U-Boote in der Biscaya, Geleit

von Blockadebrechern von Japan kommend, Schutz der

Atlantikhäfen vor alliierten Angriffen.

Hauptliegenplaätze Reede von Le Verdon und Royan mit Liege-

zeiten (Werft!) in Bordeaux, Pauillac.

Weiterhin in der Girondemündungn:

Sperrbrecher 6: ehemaliger deutscher Handelsdampfer

“Magdebur”, 6.128 ts.

Sperrbrecher 5: ehmaliger deutscher Handelsdampfer

“Schwanheim”, 5.339 ts.

(Beide Sperrecher sind bei Angriff englischer Flugzeuge am

13.8.1944 auf Royan-Reede gesunken.)

Sperrbrecher 14: ehem. norweg.Beute Ping, am 25.8.44 in

Gironde auf Mine gelaufen.

Sperrbrecher 21: ehemlg. “Nestor”, schon am 14.6.43 in

Gironde auf Mine gelaufen.

in La Pallice sind gesunken:

am 10.8.1944: Sperrbrecher 16, ehm.”Tulane”, 5.487 ts

am 12.8.1944: Sperrbrecher 7 ,   “Sauerland”, 7.087 ts.

 

“Minensuchflottille:

15.4.1944             M 26      Gironde               engl.Fliegerbombe

23.7.1943             M 152    Gironde               auf Mine gelaufen

31.5.1944             M 13      Gironde               auf Mine gelaufen

5.8.1944               M 325    in Pauillac            engl.Fliegerbombe

5.8.1944               M 271    in Pauillac            engl.Fliegerbombe

11.8.1944             M ?7      in Gironde           auf Mine gelaufen

P 2 Récit d’un marin Z 24

Text-Version

12.8.1944 M 370                Gironde (Royan-Reede)               engl.Fliegerbombe

21.8.1944 M 292                Gironde (Royan-Reede)               engl.Fliegerbombe

25.8.1944 M 27 B              Bordeaux                                         selbst gesprengt.

Im April 1943 holte die 8.Zerst.-Flott. den von Japan kommenden,

mit wichtigem benötigten Kautschuk beladenen Handelsdampfer

“JAKO” unter fortlaufenden Angriffen der RAF (1 Flugzg.abgeschossen)

“JAKO” erhielt noch in der Girondemündung einen Torpedotreffer;

konnte aber gleichwohl noch nach Bordeaux einlaufen.

 

Vom 22. – 26.12.1943 ein weiteres Reinholen des Japankommers

“Orsorno” vom 15. Längengrad. Beteiligt: Z24, Z23, Z27, Z32 u.

Z37, weiterhin die Torpedoboote, T22, T23, T24, T25, T26, T27

und T29 von der 7.Torpedobootsflottille.

Schwerer Weststurm. T23 wird auf der Back das Spill durch die

Wassermassen eingeschlagen (4 Tote) und wird allein entlassen.

Zieht sich in die Bucht von Arcachon zurück. Das Objekt wird

gefunden, die “Orsorno” schießt beim Treffen eine “SUNDERLAND” ab.

Ununterbrochene Angriffe der RAF mit viermotorigen “HALIFAX”,

andauernde Beobachtung der “SUNDERLAND” . 170 Seemeilen vor der

Küste muß ZH1 “Feuer aus” machen wegen. “Salz in der Maschine”.

Er wird allein unter schwierigen Umständen geschleppt von

T25 (Kommandant Wierich von Gartzen).

Am 26.12. abends erneutes Auslaufen des Verbandes (nun ohne Z23

und ZH1) zum Reinholen eines weiteren Japankommers “Pionier”.

Dieses Mal wird der Blockadebrecher nicht gefunden. Stattdessen

warten englische Kreuzer. In einem harten Gefecht, bei dem

wohl Treffer auf den englischen Fahrzeugen erzielt werden, ???

auf deutscher Seite Z27 (mit Flott.chef Kapitän Erdmenger),

T26 und T25 unter. (Von Z27 werden nur 7 Mann gerettet; T26

wird keiner von der Besatzung gefunden; Z25 kann sich noch

bis zum 3.1. schwimmfähig halten, bevor er sinkt -Groβteil der

Besatzung wird gerettet.

Im Laufe des Frühjahrs macht die Flottille Übungsfahrten in der

Biscaya. Dabei kollidieren Z37 und Z23 (?) so schwer, daß sie voll

ausfallen und in die Werft müssen. Z37 nach Lormont; Z23 nach

La Pallice – bis zum Rückzug der deutschen Truppen im August

werden diese beiden Zerstörer nicht mehr klar.

Im Kanal werden am 26.4. das Torpedoboote T29 von engl. Kreuzern

und am 29.4.1944 T27 von engl. MTB-Torpedos versenkt.

Am 6.6., dem Tag der Invasion liegen Z4 (Kpt. Birnbacher) ,

ZH1 (Korv.-Kpt. Barchow) (und in Brest T24) (Kommdand. Kapt.Ltn Meentzen)

P 3 Récit d’un marin Z 24

P 4 Récit d’un marin Z 24

P 5 Récit d’un marin Z 24

P 6 Récit d’un marin Z 24

P 7 Récit d’un marin Z 24

P 8 Récit d’un marin Z 24

P 9 Récit d’un marin Z 24

P 10 Récit d’un marin Z 24

P 11 Récit d’un marin Z 24

P 12 Récit d’un marin Z 24

P 13 Récit d’un marin Z 24

P 14 Récit d’un marin Z 24

P 15 Récit d’un marin Z 24

P 16 Récit d’un marin Z 24

P 17 Récit d’un marin Z 24

P 18 Récit d’un marin Z 24

P 19 Récit d’un marin Z 24

P 20 Récit d’un marin Z 24

P 21 Récit d’un marin Z 24

P 22 Récit d’un marin Z 24

P 23 Récit d’un marin Z 24

P 24 Récit d’un marin Z 24

P 25 Récit d’un marin Z 24

P 26 Récit d’un marin Z 24

P 27 Récit d’un marin Z 24

P 28 Récit d’un marin Z 24

P 29 Récit d’un marin Z 24

P 30 Récit d’un marin Z 24

P 31 Récit d’un marin Z 24

P 32 Récit d’un marin Z 24

P 33 Récit d’un marin Z 24