Les souvenirs de guerre d’un marin allemand – Chapitre cinq

A partir des équipages restants des deux navires coulés, le bataillon naval “Narvik” a été formé peu de temps après et il était cantonné dans la forteresse Gironde-Sud. C’était un soutien bienvenu pour les unités qui étaient là. Le quartier général du bataillon était situé à Saint-Vivien et la tâche de l’unité était de surveiller le périmètre de la forteresse par plusieurs points de blocage. C’est ainsi que Wilhelm Küllertz devint malgré lui, comme ses camarades, un fantassin à partir de ce moment-là, ce qui était très dangereux.

Pour la plupart, la forteresse a été épargnée par les combats. Cependant, les attaques ciblées de FFI posaient un problème majeur. Les combattants du FFI n’étaient pas reconnaissables comme tels, puisqu’ils ne portaient pas d’uniforme. N’importe quel civil aurait pu être un combattant du FFI et représenter un danger potentiel. Les attaques des FFI étaient extrêmement redoutées.

Le deuxième problème majeur dans la forteresse était l’approvisionnement insuffisant en nourriture pour les troupes. Parfois, cependant, il y avait des moyens d’obtenir de la nourriture. Il a été rapporté qu’une nuit, dans une action bien planifiée, une vache a été attrapée dans la prairie et abattue.

L’existence de la forteresse se prolongea donc jusqu’à la mi-avril 1945, lorsque les troupes de libération françaises du colonel Milleret prirent d’assaut la forteresse. Soudain, tout est allé très vite et chaque jour fut marqué par des combats constants. Les forces terrestres françaises reçurent le soutien des bombardiers américains. C’était la première fois que le napalm était utilisé massivement pour déloger les derniers restes des défenseurs allemands et les tuer.

Chapter 5.1

Chapter 5.2

Notification officielle de l’endroit où se trouve le soldat sur la ligne de front – au-dessus l’enveloppe et au-dessous le contenu (de la collection personnelle de Wilhelm Küllertz)

Lors de ces vagues d’attaques, Wilhelm Küllertz se trouvait près de Saint-Vivien. Il fut impliqué dans un combat au corps à corps avec un soldat américain à la peau foncée. Dans ce combat – homme contre homme – cet attaquant voulait le poignarder avec sa baïonnette. Wilhelm stoppa l’attaque en réagissant avec un mouvement de défense. Au lieu d’être tué, il a finalement pu s’échapper. Seule une cicatrice permanente sur son annulaire lui rappelait chaque jour cet incident mineur.

Selon les informations de WAST*, il aurait été capturé le 19 avril 1945 près du Verdon.

NOTE
WAST signifie Wehrmachtsauskunftsstelle qui est une agence fédérale allemande officielle à Berlin pour documenter l’histoire des soldats de la Seconde Guerre mondiale avec tout type de documents et rapports.

Chapter 5.3

Le premier signe de vie à partir d’octobre 1945 comme prisonnier de guerre dans le camp 184 Soulac – recto et verso (de la collection personnelle de Wilhelm Küllertz)

Chapter 5.4

Une deuxième carte après un autre semestre d’incertitude – recto et verso (de la collection personnelle de Wilhelm Küllertz)

D’abord, Wilhelm Küllertz a passé environ la première année de sa carrière de prisonnier de guerre dans le dépôt PG 184 à Soulac. Ses tâches comprenaient, entre autres, le déboisement et le défrichage des forêts, la construction de maisons en bois et d’autres bâtiments, ainsi que la recherche et le désamorçage des mines. Selon ses récits, les démineurs avaient le taux le plus élevé de blessés et de morts parmi les prisonniers de guerre. Selon ses récits, souvent, seulement 8 personnes sur 10 revenaient au camp l’après-midi d’une opération de déminage. Les accidents mortels étaient fréquents chez les démineurs. Il eut de la chance et n’eut pas d’accident. Il a également fait état de la mauvaise situation de l’approvisionnement en nourriture.

Selon ses récits, les gardes (pour la plupart des soldats coloniaux français), presque tous les jours, avant l’appel du matin, devaient procéder à l’enlèvement des cadavres des prisonniers de guerre qui étaient morts la nuit précédente. Ils étaient morts soit par manque de nourriture, soit à cause de maladies infectieuses qui sévissaient dans le camp. Les conditions sanitaires dans le camp étaient extrêmement mauvaises, associées à la faim et aux conditions sanitaires, ce qui était un bon terrain propice à la mort.

Chapter 5.7

Difficile à croire : Wilhelm Küllertz comme prisonnier de guerre. Visiblement émacié et carrément déformé, probablement à cause de la malnutrition et de l’épuisement physique (source : famille Fauré-Roux).

Mais le destin serait bon pour Wilhelm. Il eut de la chance et put enfin quitter le camp. Dès lors, il travailla comme ouvrier sur la ferme du vigneron Albert Fauré-Roux à St-Gaux près de St-Germain d’Estuil. Ses tâches consistaient à s’occuper du bétail, à travailler dans les vignes et à s’occuper de tout le travail qui devait être fait. Bien qu’il fût prisonnier de guerre allemand, il ne fallut pas longtemps pour pratiquement faire partie de la famille. Son patron Albert Fauré-Roux avait été dans la même situation pendant la Première Guerre mondiale. Selon sa belle-fille, il avait été prisonnier de guerre français, travaillant pour un fermier allemand. C’est pour ça qu’il savait à quel point il était important d’être juste et correct avec Wilhelm.

Wilhelm Küllertz jouissait de nombreuses libertés à la ferme. Il gagnait donc régulièrement de l’argent de poche, par exemple pour boire une bière dans le village le dimanche. Son patron avait souvent de bonnes intentions. Régulièrement, Wilhelm buvait quelques bouteilles de vin qu’Albert lui donnait. Albert disait toujours que Wilhelm devait garder le rouge pour lui et le boire lui-même, car ce serait bon pour sa santé. Il ferait mieux d’échanger le vin blanc contre des cigarettes, car le vin blanc fait trembler les doigts de toute façon.

Wilhelm a appris à travailler dans le vignoble, mais il a aussi enseigné à Albert beaucoup de choses techniques et comment garder le cheval pendant qu’on le ferrait. Le patron ne connaissait que la vigne. Le travail dans les vignes était dirigé par les étoiles, et quand il y avait une pleine lune il n’y avait pas de travail comme couper des vignes ou quelque chose comme ça.

Bref, le patron et son prisonnier de guerre allemand étaient mutuellement bénéfiques l’un pour l’autre.

Les parents d’Albert n’étaient pas prêts à vivre sous le même toit qu’un prisonnier de guerre allemand, alors il a fallu construire un nouveau bâtiment. Construire cette maison était l’une des tâches que Wilhelm devait aider. Pendant la construction d’une extension de la nouvelle maison, il dût vivre dans un ancien bâtiment de l’autre côté de la rue, dans une pièce séparée, qui est encore utilisée aujourd’hui comme bureau. Au lieu de l’eau courante, il avait une fontaine dans l’ancien bâtiment, directement dans la cour devant la maison.

Chapter 5.8

L’ancienne résidence du domaine agricole de St-Gaux, à l’été 2018.

Le prisonnier de guerre allemand était logé dans un grenier (de la collection personnelle de Wilhelm Küllertz).

Chapter 5.9

L’ancienne fontaine de la cour existe toujours, aujourd’hui inutilisée (collection personnelle de Wilhelm Küllertz).

Chapter 5.10

C’est dans ce grenier que vivait le prisonnier de guerre. Aujourd’hui, la pièce sert de bureau. Sur la photo, Mme Claudie Fauré-Roux, belle-fille du patron Albert (collection personnelle).

Wilhelm Küllertz et Denis Fauré-Roux, le fils d’Albert, étaient également très proches. Denis est né en 1944. Le petit garçon de l’époque pensait que le prisonnier de guerre allemand était un grand frère. Denis est décédé en 2010 à l’âge de 66 ans. Pendant toutes ces années, il a gardé de bons souvenirs de son grand ami Wilhelm, appelé Willi. Denis racontait souvent à sa famille les bons moments qu’il avait passés avec son ami, de sorte que la famille connaissait beaucoup d’histoires et de détails de cette grande amitié. Dans les premières années qui suivirent le retour de Wilhelm en Allemagne, il y avait encore une correspondance régulière.

Mais avec le temps, ce contact a cessé. Les raisons en sont encore inconnues. On avait alors supposé au fil des ans que Wilhelm Küllertz serait mort dans un accident d’avion. Mais c’était complètement différent.

Wilhelm Küllertz est resté prisonnier de guerre à la ferme jusqu’à la fin de 1948, et il n’est rentré en Allemagne qu’à Noël 1948. Alors qu’il n’avait que 17 ans, il a quitté la maison de ses parents et est parti à la guerre. Ainsi, pendant plus de 6 ans, il a eu les plus belles années de sa vie loin de sa patrie, et a été capturé dans une guerre. Wilhelm a dû s’enrôler dans la marine au lieu de s’enrôler dans l’armée et d’être une chair à canon sur le front est en Russie.

Chapter 5.11

Lettre du 11 décembre 1948 après son arrivée au domicile – recto (Source : Famille Fauré-Roux)

Chapter 5.12

Lettre du 11 décembre 1948 après son arrivée chez lui – verso (Source : Famille Fauré-Roux)

Chapter 5.13

Lettre du 10 juillet 1949 – recto (Source : Famille Fauré-Roux)

Chapter 5.14

Lettre du 10 juillet 1949 – verso (Source : Famille Fauré-Roux)

Chapter 5.15

Denis Fauré-Roux, fils unique d’Albert et de sa femme
(source : famille Fauré-Roux)

One thought on “Les souvenirs de guerre d’un marin allemand – Chapitre cinq

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.